Une année « Fresque » à l’école de St-Aaron

L’école de Saint Aaron a vécu une année artistique à travers la réalisation d’une fresque murale. Pascal Coz, chargé de mission à la Ddec, est allé recueillir des informations auprès de l’équipe des enseignantes:

Pouvez-vous m’expliquer ce qui s’est passé à l’école de St-Aaron en Juin dernier, il paraît que d’anciens parents sont venus coller « des choses » en cachette sur un mur ?

Oui, c’est vrai, nous les avions sollicités pour venir coller les productions des élèves de toutes les classes. Le mur a été bâché …………….et puis on a découvert la fresque constituée de trois tableaux. On voulait que la surprise soit tant pour les élèves que pour leurs parents.

Toutes les classes avaient le même projet ?

Oui, tous les élèves étaient concernés car il s’agissait du projet d’établissement qui cherche à promouvoir les arts et la culture. Cette année, à partir de l’élément « terre », des actions ont été mises en place, notamment la poterie avec l’intervention dans chaque classe d’un intervenant extérieur (Madame Morel, potière céramiste).Il s’agissait de décorer le long mur de l’école qui était bien dégradé par une fresque. Les maternelles ont créé des silhouettes en action, les cycles 2 des lettres de l’alphabet et le cycle 3 un labyrinthe.

L’école de Saint Aaron a vécu une année artistique à travers la réalisation d’une fresque murale. Pascal Coz, chargé de mission à la Ddec, est allé recueillir des informations auprès de l’équipe des enseignantes :

J’imagine que cela a apporté un plus aux élèves , pouvez-vous m’en parler ?

A travers la démarche artistique, en travaillant sur la terre, certains se sont découverts et investis alors qu’ils étaient peu enclin à travailler au quotidien. A l’inverse, d’autres ont été surpris. En effet, travailler la terre, ce n’est pas de tout repos.

Il y a eu aussi l’importance des consignes, la précision, la redécouverte de la terre à travers les cinq sens.
« Ferme les yeux, écoute la terre qui chante …… » Le côté créatif a été mis en avant comme celui de réaliser un projet en commun. Cela a créé du lien entre tous (élèves, enseignants, parents) et ’intervention d’une artiste a été un enrichissement pour tous.

Cela permet aussi de donner une identité et une mémoire à notre établissement. Par la suite, quelques élèves se sont inscrits à des cours de poterie en dehors de l’école. Révéler des talents ou des passions, ce n’est pas négligeable n‘est ce pas ?

L’école de Saint Aaron a vécu une année artistique à travers la réalisation d’une fresque murale. Pascal Coz, chargé de mission à la Ddec, est allé recueillir des informations auprès de l’équipe des enseignantes :

Avez-vous trouvé des partenaires sur le territoire pour enrichir votre projet ?

Oui, nos trois classes ont bénéficié des animations de la bibliothèque de Lamballe.Nous sommes aussi allés visiter le musée du potier, découvrir les landes de la Poterie (d’où est extraite la terre) à travers un jeu de piste que l‘on avait construit .Nous avons également étudié le patrimoine local qui en dépendait.
J’aborde aussi les finances, puisque le projet était d’envergure , comment avez-vous fait ?
L’APEL a soutenu le projet et les classes de primaire étaient dans le dispositif classe à PAC.
En bilan, qu’est ce que vous gardez avec le recul des vacances ?
On s’est beaucoup investis en temps, en énergie, on était porté par le projet comme l’étaient les élèves.C’est vrai qu’on ne comptait pas et que pour ce projet le résultat est très satisfaisant …………même si on ne peut pas se donner ainsi chaque année.

NDLR : les nouveaux projets de l’école seront bientôt présentés sur le web car l’équipe est en pleine préparation d’un site web collaboratif.